Single Blog Title

This is a single blog caption

Stanley Rose a le blues

Stanley Rose a le bluesC’est dans son nouvel atelier dans l’Yonne, où il vit et travaille, que Stanley Rose reçoit Rétro Passion Automobiles. Une ancienne menuiserie, avec la rivière qui passe en dessous de la maison et qui faisait tourner une grande roue entrainant les machines. Après pas mal de transformations, son atelier est prêt. Nous sommes les premiers visiteurs ! Le travail de Stanley est inspiré de la relation entre l’auto et l’homme, entre le tissu délicat d’un vêtement et le brillant d’une carrosserie, le tout assemblé avec harmonie et poussé dans les moindres détails. L’œuvre de Stanley Rose offre une originalité très personnelle de l’approche sur l’art et la composition, tout en se défendant d’être un peintre hyperréaliste, qui représente pour lui, l’antithèse de l’indépendance artistique.

Né en 1948 en Angleterre Stanley se passionne, dès sa tendre enfance pour le football, le cricket et surtout à ses études artistiques. Il est récompensé par le certificat supérieur de l’université de Birmingham. En 1970, il rencontre sa femme «Avril», jeune étudiante en design de la mode. Mais les deux jeunes mariés ont une idée un peu farfelue pour l’époque, vivre en France et sur une péniche. En 1985, «La chouette»,  nom de la péniche hollandaise qu’ils viennent d’acheter rejoindra la Nièvre, où ils ouvrent une école de peinture à Mailly-le-Château en Bourgogne. Pour son premier tableau, Stanley se pose la question,

« Qu’est ce que je vais peindre ?

Je venais d’acheter ma première voiture, une Juva Quatre, elle fut mon premier modèle et le début de ma passion pour les belles carrosseries ». Très vite, Stanley se trouve à l’étroit dans sa péniche, ses œuvres sont de plus en plus grandes et la place vient à manquer. Mais le hasard des rencontres est toujours plein de surprises. Un voisin, collectionneur de voitures anciennes et amateur de l’œuvre de Stanley lui propose un atelier dans son immense château du 14ème siècle qui abrite, entre autres, une collection automobile avec pas moins de cinq Hispano Suiza, une Ferrari 365 GTC avec quelques autres trésors, et surtout, une vue imprenable sur la vallée. C’est dans ce lieu que Stanley va développer une inspiration sans limites. Tout est source d’inspiration, voitures, motos, camions, tracteurs, canapés de cuir, vieux bagages, et même des poules, qui seront des déclencheurs artistiques et feront partie de ses tableaux. Stanley peint l’instant présent, une silhouette de femme pressée, un vêtement froissé, un visage humain plein d’expressions aux multiples détails, une paire de godillots sortie d’un autre temps.

 

DU BLUES DANS SES TABLEAUX.

« C’est en hommage à BB King que j’ai réalisé mon premier tableau sur le thème du Blues ». Mais cette nouvelle passion ne lui fait pas oublier son attachement à l’automobile ancienne, et c’est avec leur auto que chaque Bluesman apparaît sur la toile du maître, la Cadillac pour BB King, la Buick pour John Lee Hooker, et pour Keith Richards sa Blue Bentley. Chaque tableau raconte une petite histoire entre son propriétaire et son auto. Alors qu’il préparait, en août dernier, son exposition de Pebble Beach en Californie où il est présent depuis quinze ans, Stanley réalise deux œuvres sur le thème du Blues, un tableau avec BB King et un autre avec John Lee Hooker. Surprise, dès l’ouverture de l’expo, immédiatement  les deux tableaux ont trouvés acheteurs, et cerise sur le gâteau, Stanley remporte, avec ces tableaux, le premier prix de l’exposition. Pebble Beach est l’endroit où l’on peut admirer les plus belles voitures du monde, dès que le public découvrit les œuvres de Stanley, et sa nouvelle orientation artistique, ce fut un grand succès.

Fort de cette nouvelle expérience concluante Stanley décide à son retour en France de se dédier à sa nouvelle passion. Son plus grand désir : réaliser un tableau sur Robert Johnson, mais son travail de recherche sur ce musicien, qui a inspiré les plus grands, est difficile et seule une ou deux de photos de lui existe. Stanley vendra-t-il son âme au diable comme Robert Johnson pour arriver à ses fins ? Mais, bizarrement, si vous demandez à Stanley quel chanteur américain il aimerait peintre, sa réponse sera Franck Sinatra !

 

STANLEY ROSE, PEINTRE À LA RENOMMÉE MONDIALE

Stanley Rose a le blues 2Stanley est  le  peintre  chouchou  des Américains, mais il est également apprécié aux quatre coins du monde, ses œuvres sont présentes en Amérique, Australie, Mexique, Japon. Il  est présent dans les grandes collections, chez des collectionneurs prestigieux, comme Ralph Lauren, Patrick Peter, Arturo Keller, le plus grand collectionneur du Mexique, ses œuvres sont également dans un musée au Texas ou encore à la Fondation Armand Hammer, qui acheta le tableau avec John Lee Hooker à la dernière exposition de Pebble Beach. Stanley réalise, de temps en temps, des « commandes » de particuliers, mais c’est seulement s’il peut y apporter son style, sa marque de fabrique, avec ses couleurs à lui ses dégoulinures qui tombent le long de l’œuvre, ses effets de vitesse. Stanley Rose expose aussi chaque année à Rétromobile, au festival de Goodwood, à Pebble Beach, en Suisse, à Milan et en préparation, une grande exposition au mois de septembre 2016 à Londres avec le Royal Automobile Club, l’équivalent de l’Automobile Club de France. Son dernier projet, avec un éditeur, Stanley prépare un livre d’art regroupant ses anciens et nouveaux tableaux, pleins de petites et grandes histoires.
À déguster sur un fond sonore de Sonny Boy Williamson ou Robert Johnson.

Couverture RetroPlanningBonne lecture…

Voir la news au format PDF 

Télécharger l’article du magazine Retro Passion

Leave a Reply